Le Cadran Solaire de l'Ile aux Moines
Perros-Guirec

 

L'Île aux Moines **, dans l'Archipel des Sept-Îles , et les bâtiments qu'elle abrite, sont le symbole de l'action de la Fondation du Patrimoine en Bretagne en 2020

Le site de la Fondation du Patrimoine

C'est l'occasion de rappeler que sur cette île se trouve le cadran solaire le plus septentrional de la Bretagne.

L'histoire de cette île est riche et mouvementée depuis le 15ème siècle avec l'installation de moines Cordeliers, qui donnèrent son nom à l'ïle. Ils construisirent, entre autres, un monastère et une chapelle dédiée à Sainte-Anne. Ces bâtiments furent détruits à la fin du 15ème siècle au départ des moines. Aux 18 ème siècle un Fort fut édifié pour surveiller et contrer la piraterie et la contrebande anglaises. Une garnison s'y établit peu après (1741). A cette occasion une Caserne , grande bâtisse avec un étage, fut construite l'année suivante. Une école d'hydrographie y a brièvement fonctionné avec Maître Louis Biez (1734-1799). Des renforts de l'Hotel des Invalides furent envoyés par Louis XV. La garnison, symbolique après la paix de 1748, fut supprimée en 1829. Le phare a été construit en 1835, amélioré en 1854. Détruit en 1944 il sera rallumé en 1952. Enfin jusqu'en 1995 des familles du Finistère séjournèrent régulièrement sur l'ïle pour récolter du goëmon.

Le cadran en question se trouve sur un des deux piliers d'un portail voisin de la Caserne. Il a été initialement repéré par Joseph Salembier vers 1950. Il nous a été signalé par B. L.

La photo de gauche a été prise en 1955 par J. Salembier.
On distingue bien l'ensemble de 3 lignes convergentes vers le bord supérieur de la pierre,
les caractères gravés et la coulée de rouille au point de convergence, qui est toujours là 60 ans plus tard (ci-dessous à droite 2017) :

La pierre mesure 35 x 98 cm

En ce point de convergence il y aussi un orifice marqué entre les pierres,que l'on ne distingue plus maintenant suite au jointoiement des pierres.

Il semble y avoir aussi d'autres lignes gravées plus superficiellement.

A noter que depuis 1955, la pierre inférieure a été creusée au niveau de la jonction avec la pierre voisine

     
Le portail

Quelle peut être l'origine de cette pierre ? Il y a plusieurs hypothèses :

- Elle a été gravée par les Cordeliers et réemployée telle que. On est en effet quasi certain que des pierres du monastère et/ou de la chapelle se sont retrouvées dans des ouvrages ultérieurs. Ce serait alors un simili cadran canonial. Mais on a du mal à retrouver les moments des offices canoniaux dans ces lignes gravées. De plus la pierre est une belle pierre de taille, comme les autres pierres du piler, ce qui ne devait pas être le cas des pierres dans les édifices du 15ème siècle.

- Selon J. Salembier, elle a été gravée par les garnisons pour marquer les heures des tours de garde . Cela expliquerait très bien sa place dans un pilier du portail. Elle aurait alors été gravée avant 1777, date de l'arrivée de Me Biez qui a sans doute amené d'autres moyens pour indiquer l'heure. La ligne de droite aurait indiqué la relève de la garde vers 14h. Dans ce cas cela implique que la ligne a dû être repérée et tracée vers la fin-avril ou la fin-août. Les deux autres lignes, pour la même époque correspondent à 10h30 (ligne de gauche - début de la garde ?) et 11h 40 (ligne du milieu - déjeuner ?). Ces heures auraient été marquées par l'ombre d'une tige horizontale, d'où la coulée de rouille. Même si le passage est assez large (2,5 m), on voit assez mal une tige fixe dépasser du mur à un mètre de haut. C'est néanmoins l'hypothèse la plus probable.

- Selon un historienne spécialisée dans les textes, les caractères gravés seraient peut-être plus modernes et donc les lignes gravées aussi. (Merci à D. S.)

Des caractères indéchiffrables sont gravés sous les lignes. Ils ressemblent à des lettres entrelacées

    Merci à Brigitte L pour sa relecture avisée du texte

** Elle ne doit pas être confondue avec l'Ile-aux-Moines dans le Golfe du Morbihan, qui recèle aussi des cadrans solaires